Les intellectuels de gauche

Critique et consensus dans la Suisse d’après-guerre (1945-1968)

Buclin, Hadrien

2019, 523 pages, 34 €

43,00 CHF
Réf.: 978-2-88901-149-0
Les intellectuels de gauche s'intéresse à l'engagement des intellectuels progressistes dans la vie politique suisse, de la fin de la Seconde Guerre mondiale au fameux cycle de contestation de 1968, une période souvent délaissée par la recherche historique. Ce livre permet aussi de mieux comprendre le conservatisme helvétique de l'époque de la guerre froide et la manière dont l’establishment a marginalisé, voire réprimé, des personnalités jugées trop critiques.

Les intellectuels de gauche s'intéresse à l'engagement des intellectuels progressistes dans la vie politique suisse, de la fin de la Seconde Guerre mondiale au fameux cycle de contestation de 1968, une période souvent délaissée par la recherche historique.

Revenant sur l’action politique de personnalités, parfois oubliées, qui ont préparé le terrain à la contestation des années 1970, ce livre permet aussi de mieux comprendre le conservatisme helvétique de l'époque de la guerre froide et la manière dont l’establishment a marginalisé, voire réprimé, des personnalités jugées trop critiques.

Alors que la recherche historique en Suisse est souvent fragmentée, en raison du plurilinguisme et du fédéralisme, ce livre propose une véritable histoire nationale, impliquant aussi bien la partie alémanique que francophone du pays, sur une période couvrant un quart de siècle, tout en replaçant la vie politique et intellectuelle helvétique en perspective européenne et internationale.

Il restitue enfin dans toute leur complexité la diversité des courants et sensibilités au sein de la gauche et leur évolution.

 

Introduction

Partie liminaire: un portrait de groupe

Partie  I: Espoirs et désillusions de l’immédiat après-guerre (1945-1949)

• L’immédiat après-guerre en Europe occidentale

• La continuité conservatrice en Suisse

• Intellectuels de gauche et courants politiques

• Débats d’immédiat après-guerre

Partie  II: Au cœur de la guerre froide (1950-1961)

• L’Europe occidentale des années 1950

• Défense spirituelle et anticommunisme

• Débats des années 1950

Partie  III: L’émergence d’une nouvelle génération à gauche (1962-1968)

• L’Europe occidentale des années 1960

• Recul de la Défense spirituelle et essor d’une nouvelle génération à gauche

• Débats des années 1960 

Conclusion

• Sources et bibliographie
• Notices biographiques
• Notices des partis, institutions et associations
• Notices des journaux et revues
• Index des noms

Hadrien Buclin, invité à Versus Lire et penser, parle des Intellectuels de gauche (RTS2, 12 avril 2019): écouter l'émission

 

Un ouvrage instructif sur la Suisse de l'après-seconde guerre mondiale

Après un ouvrage sur l'écrivain français Maurice Blanchot, notre camarade Hadrien Buclin vient de publier sa thèse de doctorat en histoire consacrée aux intellectuels de gauche dans la Suisse d'après-guerre.

Cet ouvrage représente le « chaînon manquant » entre les études sur l'histoire sociale et ouvrière de la Suisse publiées par des historiens tels que Marc Vuilleumier, Hans-Ulrich Jost et Claude Cantini (pour ne citer qu'eux, dans le cadre romand) et les témoignages de participant·e·s aux mouvements contestataires de 1968. Plusieurs ouvrages, parus à l'occasion du 50e anniversaire de Mai 1968, avaient notamment déjà relevé les aspects extrêmement conservateurs de la société suisse.
L'ouvrage traite la problématique de l'engagement des intellectuel·le·s de gauche à l'échelle suisse, permettant donc de mieux connaître les débats de cette époque en Suisse alémanique. Il retrace l'évolution du statut des intellectuel·le·s, dans ou hors des partis, et les débats où ceux-ci furent impliqués.
En contrepoint, cet ouvrage fournit également un historique précieux du « maccarthysme » suisse (persécution des milieux non conformistes) dans les années 1950. Ce dernier n'avait rien à envier à son homologue étatsunien et le Parti socialiste, participant au gouvernement fédéral depuis 1943, y apporta sa contribution. Sont rappelés divers épisodes, comme la persécution judiciaire – à l'instigation du conseiller fédéral Eduard Von Steiger (PAB, ancêtre de l'UDC) – du journaliste Peter Surava, rédacteur au journal antifasciste Die Nation, puis au Vorwärts, organe alémanique du Parti suisse du Travail. On y trouve aussi les débats au sein de la gauche sur l'URSS, dont le Parti suisse du Travail faisait à l'époque l'apologie (position qu'il a chèrement payée après l'intervention de l'URSS en Hongrie, en novembre 1956) ou sur le colonialisme européen, pas forcément critiqué au sein du PS.
Mais, avec la détente Est-Ouest des années 1960, la critique du conservatisme suisse et la solidarité avec les mouvements sociaux du « tiers-monde » furent mieux écoutées. On notera, car ce point est souvent ignoré, le rappel du rôle joué dans la création du mouvement contre l'armement atomique de la Suisse (mai 1958) par des militant·e·s de la fort petite organisation marxiste--révolutionnaire Proletarische Aktion.
En résumé, un ouvrage à lire (et à faire lire), car il offre un retour critique sur l'histoire suisse de cette période.

Hans-Peter Renk, Journal SolidaritéS (du 20 juin 2019, n° 352)