Les bonnes figures de la vieillesse

Repetti, Marion

2018, 247 pages, 23 €

29,00 CHF
Réf.: 978-2-88901-132-2
Cet ouvrage part du postulat que les débats portant sur l’avenir de la politique de la vieillesse sont révélateurs d’une lutte entre acteurs du champ de régulation sociale qui a pour objet l’imposition de catégories de pensées, soit la définition de ce qu’est un âgé aujourd’hui et de ce qu’il est moralement acceptable d’attendre de lui. Il montre comment cette question peut être comprise à l’aune de l’histoire du traitement social de la vieillesse, dont ce livre relate la genèse et les transformations.

Les représentations de la vieillesse ne sont pas permanentes. Elles se métamorphosent en fonction des transformations des contextes économiques, politiques et sociaux.

En Suisse, la figure d’un "retraité méritant" en marge de la vie économique dominait les représentations de la vieillesse après-guerre. À l’inverse, aujourd’hui, l’image d’un "senior actif" est valorisée: une personne qui, malgré son âge avancé, contribue par son travail à limiter les coûts attribués au vieillissement démographique.

Comment s’est opérée cette transformation? Pour répondre à cette question, l’ouvrage explore la façon dont les débats qui ont porté sur l’élaboration puis les réformes de la politique sociale de la vieillesse en Suisse ont façonné ces figures. Il s’intéresse également au rôle que les scientifiques ont joué dans ce processus en contribuant à légitimer certaines représentations plutôt que d’autres.

Le regard adopté est sociologique. Il met en lumière la morale que diffusent les figures de la vieillesse, indiquant aux individus le comportement à adopter pour bien vieillir.

 

Préface de René Knüsel

  • Et si l’un des prochains slogans politiques devenait: "Haro sur la retraite!" 

Introduction                                                                                                                                                      

1. Politique et traitement social de la vieillesse                                                                    

  • Le traitement social de la vieillesse                                                                                                                                                  

2. Vieillesse, politique sociale et pensée d’État                                                                    

  • Une sociologie critique de la vieillesse                                                                                 
  • Une sociologie de la politique sociale                                                                                
  • Une étude de la pensée d’État                                                                                                                                                  

3. Traitement social de la vieillesse en Suisse            

  • La belle vie à la retraite
  • Quand retraite rime avec exclusion
  • S’activer pour rester intégré?
  • Transformations de la pensée d’État sur la vieillesse 

4. Une assurance sociale pour un retraité méritant                                       

  • L’essor de la question sociale en Suisse                                                                                   
  • La fin de la Seconde Guerre mondiale et le problème social de la vieillesse à l’agenda fédéral                                                                                                                                                     

5. Vers l’échec d’un premier projet d’assurance vieillesse et survivants

  • Une vieillesse en marge de l’emploi
  • Une subvention pour les vieillards indigents
  • Le projet Schulthess
  • Référendum et rejet de la loi Schulthess
  • La naissance manquée du retraité méritant                                                                                                                                                            

6. De l’assistance à l’assurance                                                                                              

  • Le retour de l’assurance sociale pour la vieillesse à l’agenda fédéral
  • Second projet d’assurance
  • Référendum et scrutin du 6 juillet 1947
  • L’assurance sociale pour la vieillesse: la fin de l’assistance aux vieux démunis?
  • La naissance du retraité méritant 

7. Du retraité méritant au senior actif                                                                                     

  • Consolidation du système de retraite suisse
  • Une prévoyance vieillesse sur "trois piliers"
  • Baisse de la croissance et premières fissures de la figure du retraité méritant
  • La contribution sociologique à la construction du modèle du vieillissement actif
  • Critiques sociologiques de la discrimination des rentiers
  • Le vieillissement actif comme objet de la pensée d’État                                                                                                                                                        

Conclusion

  • Capitalisme et vieillissement
  • Vieillissement actif et individualisation de la gestion du risque
  • L’appel à vieillir activement renforce la stigmatisation liée à l’âge  

Pour ouvrir la discussion

  •   Limites du modèle actuel
  •  Repenser la valeur du travail 
  •  Traiter du vieillissement actif avec précaution                                                                                                                                                                                                                                                                               

Postface de Jean-Pierre Tabin

Bibliographie

L'image du retraité méritant est aujourd'hui fragilisée

Marion Repetti, docteure en sciences sociales, s'intéresse aux mécanismes et aux transformations de l'État social. Elle vient de sortir un livre Les bonnes figures de la vieillesse, aux Éditions Antipodes.

N'est-ce pas un paradoxe d'observer que les personnes sont encouragées à demeurer actives le plus longtemps possible, notamment à travers l'emploi, alors que l'économie tend de plus en plus à se séparer de personnes âgées?

Oui et non, cela dépend du point de vue que vous adoptez. C'est un paradoxe si vous considérez qu'il est nécessaire que les personnes qui ne peuvent plus gagner leur vie sur le marché de l'emploi doivent être protégées par une assurance sociale. Des politiques de vieillissement actif (NDLR Le fait d'aider les personnes âgées à rester aussi longtemps que possible les acteurs de leur propre vie et à contribuer à l'économie et à la société dans la mesure du possible) visant à rehausser l'âge de la retraite, par exemple, auraient pour effet de prolonger cette période. En revanche, si vous partez du principe que les personnes qui font face à un chômage de long terme doivent trouver des solutions elles-mêmes, et qu'il n'est pas pertinent, nécessaire ou juste que la collectivité leur assure une protection de type assurancielle, alors il n'y a pas de paradoxe. Donc cela dépend du point de vue politique adopté.

Il apparaît que les plus de 50 ans ont moins d'accès que les plus jeunes à la formation continue. N'est-ce pas un signe du décalage entre le discours politique sur l'idéal d'un vieillissement actif et la réalité du monde de l'entreprise?

La réponse est dans votre question. 

La Conférence suisse des institutions d'action sociale exige la suppression de la fin des droits au chômage pour les personnes de plus de 55 ans. 

Il faudrait voir exactement les conditions et observer dans quelle mesure cela aboutirait à un changement dans la loi sur l'assurance chômage, par exemple. Cela dénote, en tout cas, un débat quant à la définition du risque lié à la fin de carrière.

La valorisation à tout prix du vieillissement actif renforce-t-elle la stigmatisation et l'auto-dévalorisation des chômeurs de plus de 55 ans?

Je n'ai pas fait d'enquête auprès des chômeurs de 55 ans. Par défaut, je dirais que le fait de valoriser des seniors actifs implique que ceux qui ne le sont pas, ou qui ne correspondent pas au modèle attendu, sont par conséquent moins valorisés socialement que les autres. Cela ne veut pas dire que les personnes elles-mêmes n'ont pas de ressources pour faire face à cette situation. Elles sont néanmoins en position de désavantage face à des seniors qui peuvent faire la démonstration de leur participation active au marché de l'emploi ou à d'autres formes de contribution socialement valorisées.

À vos yeux, qu'est-ce qui est le plus urgent en Suisse? Repenser la protectian sociale selon d'autres modalités que le régime actuel d'assurance? Ou repenser la valeur du travail et les frontières entre activité rémunérée et bénévolat, par exemple?

La question du risque lié à la fin de carrière a fait un retour dans le débat politique au cours des quinze dernières années. Rien là de nouveau, contrairement à ce qui est souvent affirmé dans les médias. En revanche, l'image du retraité méritant est aujourd'hui fragilisée et certaines conditions du droit à la retraite sont remises en question. Cela s'inscrit dans un débar plus large sur la question sociale. Il porte sur la question de savoir quelle est la responsabilité de la collectivité - par l'intermédiaire de l'État - et respectivement de l'individu dans l'assurance d'une protection face à certains risques, comme celui du chômage de longue durée. Il s'agit, bien entendu, d'une question politique. Elle se pose tant dans le cas de la réflexion quant à l'élaboration de nouvelles formes de protections sociales que dans la redéfinition de la frontière entre travail rémunéré et bénévolat.

Nicolas Verdan, Générations, No 101, mai 2018, p. 14.