Nouvelles Questions Féministes Vol. 30, No2

26,00 CHF
Réf.: 978-2-88901-070-7
Tantôt célébrées, tantôt critiquées voire ridiculisées, les amitiés entre femmes sont l'objet de ce numéro de Nouvelles Questions Féministes. Les amitiés entre femmes sont l'objet de projections variées: tantôt célébrées pour l'intensité des relations qu'elles génèrent, tantôt ridiculisées pour leur futilité, tantôt décrétées impossibles sous prétexte de rivalité, tantôt associées au lesbianisme, elles présentent un intérêt évident pour l'étude des rapports sociaux de sexe. Ce champ étant hélas resté en friche dans la recherche francophone, ce numéro de Nouvelles Questions Féministes engage une réflexion sur ce thème à partir de plusieurs contributions. 

Tantôt célébrées, tantôt critiquées voire ridiculisées, les amitiés entre femmes sont l'objet de ce numéro de Nouvelles Questions Féministes. Les amitiés entre femmes sont l'objet de projections variées: tantôt célébrées pour l'intensité des relations qu'elles génèrent, tantôt ridiculisées pour leur futilité, tantôt décrétées impossibles sous prétexte de rivalité, tantôt associées au lesbianisme, elles présentent un intérêt évident pour l'étude des rapports sociaux de sexe.Ce champ étant hélas resté en friche dans la recherche francophone, ce numéro de Nouvelles Questions Féministes engage une réflexion sur ce thème à partir de plusieurs contributions.

Les amitiés entre femmes sont un moyen de s'opposer à la domination masculine. Elles permettent en effet aux femmes de prendre conscience de l'oppression qu'elles subissent et de passer du statut d'objet à celui de sujet. Mais l'idée de sororité n'est pas sans ambiguïté, ce qui explique qu'elle soit l'objet de polémiques entre féministes: les femmes ne subissent en effet pas toutes des oppressions identiques.

Nouvelles Questions Féministes s'empare de ce thème pour fêter ses 30 ans et profite de cet anniversaire pour inaugurer sa nouvelle ligne graphique.

NQF a 30 ans

  • Trente ans de Nouvelles Questions Féministes (Christine Delphy)

Edito

  • Les relations d'amitié (Hélène Martin, Ellen Hertz, Françoise Messant, Christine Delphy, Helene Füger, Alice Sala)

Grand angle

  • Les hommes, les femmes et l'amitié: ce que ils et elles disent, ce que ils et elles font (Karen Walker)

  • Mettre l'amitié au premier plan: passés et futurs féministes (Sasha Roseneil)

  • "L'amitié, c'est mieux que la famille". Rapports amicaux entre femmes dans le roman québécois (Lori Saint-Martin)

Parcours

  • Entretien avec Svetlana Slapsak, engagement anti-nationaliste féministe d'une helléniste en (ex-)Yougoslavie (Véronique Dasen et Helene Füger)

Comptes rendus

  • Ginevra Conti Odorisio, Edmée Ollagnier, Farinaz Fassa, Joy Charnley, Véronique Dasen, Marianne Modak, Bérangère Marques-Pereira

Collectifs

  • Chinese Working Women Network (CWWN): militer dans les interstices (Ellen Hertz et Marylène Lieber)

Dans la revue en ligne Lectures / Liens Socio

Le dernier numéro de Nouvelles Questions Féministes, dont la coordination a été assurée par Ellen Hertz, Hélène Martin, Françoise Messant, Christine Delphy, Hélène Füger et Alice Sala, s'annonce dès son thème comme une publication prometteuse. Fidèle à la tradition de la revue et ainsi fruit d'un travail militant, interdisciplinaire et international, il s'impose en tout cas d'emblée comme un ouvrage de référence sur la question de l'amitié féminine. Et pour cause: dès leur édito ("Les relations d'amitié"), ces auteures rappellent à juste titre à quel point elle reste un impensé de la recherche francophone (contrairement au champ anglo-saxon beaucoup plus largement développé en ce domaine), et ce malgré l'intérêt théorique et politique que cette thématique présente. D'où cette affirmation: "Notre premier objectif avec ce numéro est donc de faire connaître à nos lectrices francophones le champ des études sur l'amitié (la "friendship research") pratiquées dans des départements de Women's studies et de Gender Studies en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis" (p.28). Force est de constater que ce premier objectif est rempli, si l'on en juge par la pertinence et la cohérence du cadre théorique des analyses contenues dans ce volume, qui ne sauront par ailleurs qu'encourager son lectorat à poursuivre la réflexion, ce qui figure bien en effet le second objectif de cette revue, dont l'édito propose d'ores et déjà quelques pistes pour les recherches futures.

Figurent alors dans le dossier central "Grand angle" trois articles qui proposent autant de tentatives d'appréhension des rapports sociaux de sexe à travers le prisme de l'amitié, avec tout d'abord "Les hommes, les femmes et l'amitié: ce que ils et elles disent, ce que ils et elles font" de Karen Walker, traduction d'un article présenté sous sa forme première aux Etats-Unis en 1992. Ce texte questionne l'idée fort répandue que l'amitié entre hommes reposerait sur un partage d'activités, tandis que l'amitié entre femmes ferait quant à elle la part belle aux discussions et au partage des émotions. S'appuyant sur 52 entretiens réalisés en 1991 et 1992 avec des hommes et des femmes, Karen Walker vise alors à démontrer que si l'intériorisation de ce stéréotype binaire tra