Nouvelles Questions Féministes Vol. 29, No2

Perspectives féministes en éducation

Martine Chaponnière, Farinaz Fassa, Nadia Lamamra, Helene Fueger, Edmée Ollagnier, Michèle Bolli (éds) 
2010, 160 pages, 13 €
17,00 CHF
Réf.: 978-2-88901-039-4
A entendre le discours ambiant d'aujourd'hui, tout serait résolu dans la question de l'éducation des filles et de l'égalité des sexes dans le domaine de l'éducation. A l'école, voilà plusieurs années que les filles ont en moyenne de meilleurs résultats scolaires que les garçons et qu'elles forment la majorité de la population estudiantine universitaire dans pratiquement toute l'Europe.
En fait l'école n'est pas neutre et les institutions de formation continuent de prendre une part active, avec la famille et la culture, à la construction d'individus répondant aux rôles sexués traditionnels. Réfléchir aux pratiques qui permettraient de rendre l'éducation égalitaire reste donc un objectif à l'ordre du jour, d'autant plus que la formation scolaire et professionnelle constitue un pré-requis pour l'émancipation des femmes.

A entendre le discours ambiant d'aujourd'hui, tout serait résolu dans la question de l'éducation des filles et de l'égalité des sexes dans le domaine de l'éducation. A l'école, voilà plusieurs années que les filles ont en moyenne de meilleurs résultats scolaires que les garçons et qu'elles forment la majorité de la population estudiantine universitaire dans pratiquement toute l'Europe.
En fait l'école n'est pas neutre et les institutions de formation continuent de prendre une part active, avec la famille et la culture, à la construction d'individus répondant aux rôles sexués traditionnels. Réfléchir aux pratiques qui permettraient de rendre l'éducation égalitaire reste donc un objectif à l'ordre du jour, d'autant plus que la formation scolaire et professionnelle constitue un pré-requis pour l'émancipation des femmes. 

 Edito

  • Education et formation: enjeux de genre (Farinaz Fassa, Helene Fueger, Nadia Lamamra, Martine Chaponnière, Edmée Ollagnier)

Grand angle

  • Etude de l'apprentissage du leadership dans le travail de groupe: quelle place pour le genre? (Chantal Morley, Marité Milon, Martina Mc Donnell)
  • C'est bien…un homme à l'école maternelle! (Yveline Jaboin)
  • Place et représentation des femmes dans les manuels scolaires en France: la persistance des stéréotypes sexistes (Sabrina Sinigaglia-Amadio)
  • Enseigner l'égalité des sexes à l'école primaire (Gaël Pasquier)
  • Comment troubler les jeunes enseignant·e·s sur la question du genre à l'école? Analyse d'une expérience de six ans de formation en IUFM (Mireille Baurens, Caroline Schreiber)
  • La participation des enfants au débat public:  une expression des dominants? (Dominique Malatesta, Dominique Golay)

Champ libre

  • Effet de genre: le paradoxe des études d'informatique (Isabelle Collet, Nicole Mosconi)

Parcours

  • Donner à voir pour se poser les bonnes questions. Entretien avec Eva Saro (Martine Chaponnière, Nadia Lamamra)

Comptes rendus

  • Nathalie Coulon et Geneviève Cresson (éds)  La petite enfance (Martin Chaponnière)
  • Edmée Edmée: Femmes en formation : tout change…et tout reste à faire!(Michèle Bolli)
  • Juliettes Rennes: Le mérite et la nature (Farinaz Fassa)

Collectifs

  • Collectif 14 juin (Marina Decarro, Annette Zimmerman)
  • Voie F (Corinne Leuridan)

Perspectives féministes en éducation

C'est ainsi que s'intitule le dernier numéro de la revue internationale francophone Nouvelles Questions Féministes, coordonné par Martine Chaponnière, Farinaz Fassa, Nadia Lamamra, Helene Fueger, Edmée Ollagnier et Michèle Bolli.

Obsolète, la thématique de l'éducation en études genre?  Bien au contraire! En effet, Farinaz Fassa-professeure titulaire  à l'université de Lausanne-relève que si tout semble réglé en matière d'éducation et que l'égalité entre filles et garçons, entre femmes et hommes paraît acquise, les institutions scolaires et de formation continuent de participer à la reconduction d'inégalités de genre.

Cet ouvrage nous invite à chausser des lunettes attentives aux rapports sociaux de sexe afin de décrypter des phénomènes se déployant dans divers contextes éducatifs, formels. La complémentarité des contributions offre une analyse pointue du fossé qui perdure entre égalité formelle et égalité réelle, entre égalité d'accès et égalité de succès, et de la nécessité de former le corps enseignant et l'ensemble des professionnel-le-s du champ éducatif aux questions de genre. D'ailleurs, ce numéro ne se contente pas de faire le point sur differentes recherches, mais propose aussi une réflexion sur des pratiques et des outils pédagogiques égalitaires.

A vos lunettes!

Et pour une visite guidée, un colloque acrcompagnant la parution de cet ouvrage aura lieu le 1er octobre à l'université de Lausanne (http://www.unil.ch/liege).

Caroline Dayer, Le Courrier, 13 septembre 2010, p. 12

Sexiste, l'école?

Nous vivons, c'est bien connu, dans un monde où l'égalité entre les sexes ne fait plus question. Pourtant, si les Suissesses sont majoritaires dans les études supérieures, elles continuent de gagner en moyenne 500 fr. de moins par mois que les hommes, à travail et qualifications comparables. Par quel tour de passe-passe ces inégalités qui font officiellement partie du passé continuent-elles à se perpétuer? C'est ce qu'examine de façon très fine le derner numéro de la revue «NQF», consacré aux enjeux de genre dans la formation.

De petites phrases

("tu ne ferais pas aussi les cafés, histoire de rentabiliser ton tarif horaire?") en fausses évidences (notamment sur la maternité), on mesure l'endurance de ce sexisme caché. On y lit comment les stéréotypes liés au sexe s'apprennent dès l'école enfantine, et s'incrustent dans les manuels scolaires. Comment, dans une simulation de création d'entreprise entre étudiants, les rapports sociaux de sexe se superposent à des questions de classe et de race.
Un autre article enfin décortique les carrières de six informaticiennes, six "exceptions" dans un univers masculin qui finissent toutes par se retrouver professionnellement en marge et persuadées que cela n'a rien à voir avec leur genre. Forcément, c'est qu'elles doivent être déficientes à titre personnel...
Annick Monod, La Liberté, 20 juillet 2010, p. 25