Des âgés en AG

33,00 CHF
Réf.: 978-2-88901-046-2
Des retraitées et des retraités, réunis en différents groupements de défense d’intérêt, se manifestent régulièrement dans l’espace public helvétique depuis quelques décennies. Ils sont représentés depuis 2001, au niveau fédéral, par le Conseil suisse des aînés. Cet ouvrage porte un regard inédit sur l’action militante de ces retraités. Il éclaire d’abord la contribution de ces groupements, tout au long du XXe siècle, aux transformations de l’État social, comme il éclaire en retour les effets de ces transformations de l’État social sur le développement de ces groupements et sur les conditions de vie des personnes âgées.

Des retraitées et des retraités, réunis en différents groupements de défense d’intérêt, se manifestent régulièrement dans l’espace public helvétique depuis quelques décennies: ils participent à des manifestations, soutiennent des comités référendaires ou se rencontrent lors de grands rassemblements.

Regroupés pour la plupart depuis les années 1980 dans deux organisations faîtières, ils sont représentés depuis 2001, au niveau fédéral, par le Conseil suisse des aînés. Cet ouvrage porte un regard inédit sur l’action militante de ces retraités.

Il éclaire d’abord la contribution de ces groupements, tout au long du XXe siècle, aux transformations de l’État social, comme il éclaire en retour les effets de ces transformations de l’État social sur le développement de ces groupements et sur les conditions de vie des personnes âgées.

Surtout, par une observation des pratiques des retraités dans ces groupements, tant au niveau local, cantonal, que national, et par des entretiens menés avec de nombreux membres de ces organisations, ce livre éclaire non seulement les caractéristiques sociales des retraités qui s’engagent dans de tels groupements et les différentes significations qu’ils investissent dans cet engagement, mais, plus encore, propose une lecture novatrice des enjeux de la négociation qu’ils proposent sur la place qu’ils peuvent occuper dans la société.

Introduction

  • Les déterminants des formes organisationnelles         
  • Une approche compréhensive             
  • Le terrain          

1. "Contre" mais "grâce à" l'État

  • Quand les politiques publiques forment les organisations d’intérêt      
  • Entre christianisme et paternalisme (1917-1948)       

- Pro Senectute: une première organisation de patronage des retraités
- L’émergence de la vieillesse comme problème social et sa prise en charge politique        
- La Confédération et la subsidiarité 
- Conclusion

  • Entre divergence et convergence, la catégorie des "retraités" (1948-1980).

- Préambule         

- Pro Senectute: une entreprise de services

- L’AVIVO: une entreprise contestataire         

- Pro Senectute et l’AVIVO: des modèles organisationnels opposés

  • La coordination des tempes grises (1980-2007)

- Préambule

- La Fédération suisse des retraités: "Être une personne à part entière"

- Pro Senectute: se justifier par l’expertise

- L’AVIVO: une indépendance mise à mal

- La FARES et le CSA: un choix contraint

  • Synthèse          

2. L’engagement dans les organisations de défense de retraités

Dans la revue Sociologie du travail

Ce livre est la version retravaillée de la thèse de doctorat soutenue en 2010 aux universités de Lausanne et Paris I par Alexandre Lambelet, actuellement Professeur à la Haute école de travail social de Lausanne. Il vient d’abord combler un certain vide éditorial sur les organisations de défense des retraités, à l’exception de l’ouvrage de Jean-Philippe Viriot Durandal (2003)1 et des travaux nord-américains qui ont en commun d’aborder la question sous l’angle du lobbying des personnes âgées. L’auteur, à l’inverse, entend articuler, sur le cas des associations suisses, une approche organisationnelle attentive aux effets qu’y exercent les politiques sociales et relations avec les partenaires publics, et une approche microsociologique sur l’engagement de leurs membres et sur leurs pratiques. Cette ambition le conduit à croiser des disciplines et sous-disciplines trop souvent ou trop longtemps séparées comme la sociologie de l’engagement, des groupes d’intérêt et des politiques publiques, la construction sociale des problèmes publics ou encore, quoique de façon moindre, la sociologie de la vieillesse et les études sur la socialisation, aussi prolixes sur l’enfance qu’elles sont muettes sur le troisième âge. A. Lambelet mobilise pour ce faire un matériau riche et diversifié alliant l’analyse des archives des groupements de retraités à une trentaine d’entretiens et à l’observation ethnographique des pratiques collectives dont il est spécialiste. Ces matériaux sont successivement déployés dans les trois parties composant le livre.

La première présente de façon chronologique la construction institutionnelle des différents groupes de défense des retraités qui s’avère largement conditionnée par les politiques sociales de l’État suisse. Cette histoire est scandée en trois temps qui, chacun, voit l’émergence d’une des organisations &e