La presse romande

25,00 CHF
Réf.: 978-2-88901-134-6
Alors qu’elle pouvait encore s’enorgueillir d’une richesse surprenante de titres il y a trente ans seulement, la Suisse romande est aujourd’hui en passe de voir disparaître sa presse. Ce ouvrage retrace l’histoire de la presse romande des origines à nos jours et nous aide ainsi à comprendre comment on en est arrivé là.

En combinant des approches diverses, cet ouvrage propose une histoire de la presse romande des origines à nos jours, en s’attardant sur les logiques qui mènent du journal politique sans but lucratif au journal d’information intégré dans le monde industriel des médias de masse, des petites maisons d’édition adossée à une imprimerie aux grands groupes multi-médias pour lesquels le journal n’est qu’un produit parmi d’autres. Alors qu’elle pouvait encore s’enorgueillir d’une richesse surprenante de titres il y a trente ans seulement, la Suisse romande est aujourd’hui en passe de voir disparaître sa presse...

D’une part, l’esquisse d’une évolution générale aide à recadrer les questions, et à en suggérer de nouvelles. D’autre part, en un temps où la presse écrite traverse une période de troubles profonds, voire de crise existentielle à en croire les esprits les plus pessimistes, il n’est pas inutile de comprendre comment on en est arrivé là, en prenant du champ et en considérant une perspective large.

 

 

 

 

  • Introduction        
  • L'Ancien Régime: le temps du privilège        
  • 1798-1830: de la liberté à la liberté        
  • 1830-1870: apprendre la démocratie        
  • 1870-1910: un premier âge d'or        
  • 1910-1960: un deuxième âge d’or        
  • 1960-1980: crises        
  • 1980-2000: reconfigurations        
  • 2000-2015: la grande mutation?        
  • Épilogue        
  • Annexes        
  • Bibliographie indicative

Christian Ciocca invite Alain Clavien dans Versus-penser, sur RTS2 (17.11.2017). Ecouter l'émission

Alain Clavien parle de La presse romande dans Médialogues, sur RTS2 (14.10.2017). Ecouter l'émission

 

L’info sacrifiée sur l’autel de l’argent

Après un âge d’or mémorable et des décennies lucratives, la presse romande périclite. Pourquoi?

Fusions et disparitions de titres, concentrations et restructurations de groupes de presse, synergies et licenciements de journalistes: depuis les années 1990, la presse romande est en crise. Mais comment en est-on arrivé là? Les explications d’Alain Clavien, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Fribourg et auteur d’un récent ouvrage sur plus de deux siècles d’histoire de la presse romande, de la foison des journaux d’opinion d’antan aux produits médiatiques parfois purement commerciaux d’aujourd’hui. Rencontre.

Pour expliquer la crise de la presse romande, on a évoqué la concurrence des nouveaux médias, la récession, les gratuits, internet... Mais pour vous, le ver était dans la pomme?

Alain Clavien: Le plus frappant, c’est le changement de mentalité qui apparaît dans les années 1990 chez les dirigeants des grandes entreprises de presse. La nouvelle génération qui débarque veut faire de l’argent, elle réclame des rendements parfois complètement extravagants. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer les propos du président du groupe Ringier, Michael Ringier, à l