Le tourisme suisse et son rayonnement international

Switzerland, the Playground of the World

Cédric Humair et Laurent Tissot (dir.)


2011, 222 pages, 20 €
25,00 CHF
Réf.: 978-2-88901-057-8
La Suisse peut être considérée comme le berceau du tourisme moderne. En effet, elle occupe au XIXe siècle la place de leader incontesté, attirant plus d'étrangers que tous ses concurrents européens. De plus, les promoteurs suisses ne se contentent pas de ce succès, mais participent activement au développement touristique d'autres régions du monde.
Cet ouvrage permet de mieux comprendre la "success story" du tourisme suisse, et de prendre la mesure du rôle qu'il a joué dans le succès économique de la Suisse.

L'objectif principal de cet ouvrage est de mieux comprendre la "success story" du tourisme suisse qui occupe la place de leader incontesté au cours du XIXe siècle, attirant plus d'étrangers que tous ses concurrents européens.

Abordé dans une perspective internationale, le succès devient triomphe. Les promoteurs suisses participent en effet au développement touristique de nombreuses régions du globe. Quels sont les atouts dont la Suisse dispose pour réaliser cet exploit?

Les lignes de force explicatives proposées dans cet ouvrage sont la construction d'une image d'Épinal et sa diffusion aux quatre coins du monde, l'offre de services à la pointe de l'innovation technique et la forte capacité d'investir.

Le second objectif est de prendre la mesure du rôle joué par le tourisme dans le succès économique de la Suisse. Il est ainsi étonnant de constater qu'au tournant des XIXe et XXe siècles, cette activité contribue plus à la création de richesse que l'horlogerie et la banque, fleurons les plus connus de l'économie suisse.

Préface

  • "Pourquoi parler de tourisme ? De quel tourisme?" (Cédric Humair et Laurent Tissot)

Introduction

  • "Le tourisme comme moteur du développement socioéconomique et vecteur du rayonnement international de la Suisse (XIXe-XXe siècles)" (Cédric Humair)

L'imaginaire touristique de la Suisse: construction, diffusion et instrumentalisation

  • "Des établissements de jeu sur l'Arc lémanique? Un équilibre difficile entre intérêts touristiques et résistances morales (1884-1914)" (Mathieu Narindal)
  • "Le rôle des pouvoirs publics dans la promotion touristique suisse à l'étranger: le cas de la France des années 1930" (Roberto Garavaglia)
  • "La Société suisse de radiodiffusion et la promotion du tourisme helvétique (1931-1958): de la propagande touristique à la diplomatie culturelle" (Raphaëlle Ruppen Coutaz)

Tourisme et modernité technique: l'atout du prestige technologique

  • "L'innovation technique au service du développement hôtelier: le cas des ascenseurs hydrauliques dans l'Arc lémanique (1867-1914)" (Julie Lapointe Guigoz)
  • "Tourisme et innovation technique: l'exemple de la Compagnie générale de navigation sur le lac Léman (1873-1914)" (Stefano Sulmoni)
  • "L'implantation des rayons X dans le cadre du tourisme médical vaudois (1896-1920)" (Florian Kissling)

La Suisse et le développement du tourisme à l'échelle internationale

  • "Le rôle de Genève dans la construction du thermalisme éviannais: réseaux d'investissements, modèles organisationnels, fréquentation (1826-1881)" (Françoise Breuillaud-Sottas)
  • "La première crémaillère électrique d'Europe au Salève: entre innovation technique et expansion touristique (1890-1914)" (Marc Gigase)

Conclusion

  • "Un monde parfait ou considérations sur le 'modèle touristique suisse" (Laurent Tissot)

Dans Business History Review

During a large part of the nineteenth century, the typical tourist in Europe was British and his or her typical summertime destination was Switzerland. Even though the Swiss travel industry had to share this place in the sun increasingly with other countries after 1890, tourism remained pivotal to Switzerland’s economic and cultural development and contributed to the internationalization of technological and industrial innovations. Despite its significance, Swiss tourism remains the poor cousin of the country’s historiography. This important book helps to bridge this gap.

Although an edited collection of nine different articles, the book does not suffer from the shortcomings often found in this type of publication. Thanks to a long (forty-six pages) and substantial introduction by Cédric Humair and a clear and stimulating conclusion by Laurent Tissot, the different parts of the volume form a coherent general view of Swiss tourism from an international perspective. The nine case studies take into account different periods from 1826 to 1958, thus focusing on a time frame during which global tourism grew in importance for national economies, especially during the Belle Époque, and gradually underwent a process of democratization, even if mass tourism set in only after the middle of the twentieth century.

Four articles deal with the different aspects of technological innovation in the tourism industry. Julie Lapointe Guigoz shows how hydraulic elevators were an attractive investment: Not only did hotels see them as useful for clients’ convenience and for increasing the upper floors’ cost-effectiveness, but they also added greatly to the hotel’s prestige. During the last third of the nineteenth century, Swiss hotels thus were prepared to take on the high installation costs, in turn stimulating local industries, which increasingly supplied the necessary technological equipment and know-how. Based on an analysis of the company operating boats on Lake Léman, Stefano Sulmoni shows how the development of tourism helped to introduce new technologies in steam shipping. However, the public company was selective in integrating the latest technological advances: It enthusiastically introduced electric lighting on most of its boats in the 1880s, but chose to run its engines on steam until 1934, rather than installing the faster but also noisier diesel engines. Technological know-how was also central to medical tourism, which assimilated new methods of treatment at the turn of the century, such as air therapy in mountain resorts or hydrotherapy in thermal spas. Florian Kissling analyzes how the tourist industry in the canton of Vaud introduced X-rays to satisfy elite travelers’ fascination with this new technology and thus profited both financially and in terms of prestige and publicity.

The interweaving of tourist development and technological innovation is equally central to the history of Europe’s first electrical cog railway going up Mount Salève. Marc Gigase investigates the Salève railway in the French Pre-Alps near Geneva, inaugurated in 1892, which was the first in Europe to be run on electricity. This case study shows convincingly how tourist regions constituted a fertile terrain for industrial experimentation, as the tourists’ purchasing power and hunger for technological innovations greatly reduced the risks taken by manufacturers and investors. The market for innovation in tourism thus contributed to the positioning of Swiss industry in high-technology niches. Just as in the case of the Salève railway, Françoise Breuillaud-Sottas highlights another example of Swiss cross-border activity in tourism. The author studies the importance of Genevan investors in the development of Evian as a thermal resort from 1826 up until the 1880s, when French financiers took over. Swiss know-how and capital therefore gave birth to this center of tourism in the Chablais, which passed from Sardinian to French hands in 1860.

The role of state and commercial promotion is at the heart of the three remaining chapters. Roberto Garavaglia analyzes the promotional activities of Swiss public authorities in France during the 1930s. The French market was one of the few that was still entirely open to free competition and not regulated by commercial agreements. This freedom made it especially attractive during the economic crisis. The federal government financed and coordinated tourist activities and even created a special propaganda committee that adapted the general discourse on Swiss tourism by adding the ingredients of liberty and democracy that appealed to the French public. Mathieu Narindal shows how gambling came to play a decisive role in tourism in Western Switzerland during the Belle Époque, despite important religious and moral opposition, especially from the emerging far right. The federal government tolerated this popular pastime as crucial to the profitability of the tourist sector. Finally, Raphaëlle Ruppen Coutaz identifies the interconnections between tourism and radio from the 1930s to the end of the 1950s. This new medium played a promotional role for the travel industry from the beginning; and during World War II, it appealed to the Swiss population’s patriotism to help replace the missing foreign tourists. At the same time, the Swiss increasingly relied on radio to link touristic and foreign policy objectives, which resulted in a new role for the state in this sector.

This is a valuable arrival in a neglected area of historical studies, and I can find few faults. Perhaps the relatively narrow geographical focus on the western French-speaking part of Switzerland might be a shortcoming. However, all the authors adopt comparative and international perspectives, especially in the introductory chapter. Humair’s introduction offers a comprehensive picture of the role that tourism played throughout Switzerland - both on a national and an international level - in technological innovation and dissemination as well as in social and cultural development during the nineteenth and twentieth centuries. Thus, the book contributes to identifying the strategies and choices of the Swiss model of tourism, the success of which, as Laurent Tissot concludes, was due largely to its flexible and adaptive nature, which allowed it to respond to competitive commercial requirements, the varying expectations of tourists, changing international configurations, and the evolving global market of which it became a significant component.


Janick Marina Schaufelbuehl, Business History Review, Volume 87, Issue 03, automne 2013, pp. 606-609

Dans la revue Transportes, servicios y telecomunicaciones

Hablar de Suiza desde el punto de vista turístico es hablar de un destino europeo de calidad contrastada. De manera que el objetivo fundamental de este libro es el análisis de lo que podríamos denominar una "success story", es decir, de una realidad exitosa que hunde sus raíces en el siglo XIX, como ya lo puso de manifiesto uno de los directores de este volumen, el profesor Tissot, en su conocida obra Naissance d'une industrie touristique: les Anglais et la Suisse au XIXe siècle (Lausanne, 2000). En esta ocasión se pretende aumentar los puntos de vista expuestos en ese trabajo y abordar la actividad turística en Suiza como un sector económico de éxito con unas claras influencias en el desarrollo económico y social del  país. Hasta tal punto el turismo fue una actividad exitosa que, en el tránsito del siglo XIX al XX, contribuía a la creación de riqueza más que la relojería y la banca, los dos sectores más conocidos de la economía suiza. Sus impulsores fueron capaces de construir una imagen de calidad basada en la oferta de servicios en los que la innovación técnica y la fuerte capacidad de inversión fueron constantes. De esta forma, Suiza se convirtió en un destino turístico de excelencia sólo accesible a los sectores más pudientes no sólo de la sociedad europea, sino también americana.

Precisamente, el abordaje de ambos aspectos, innovación técnica e inversión, constituye una de sus principales aportaciones. En este sentido, el libro es el resultado de un proyecto de investigación que lleva por título "Système touristique et culture technique dans l'Arc lémanique: acteurs, réseaux cociaux et synergies (1852-1914)", que reúne a uno de los grupos en historia del turismo más activos de Europa, ya que, entre los especialistas, son bien conocidos sus trabajos y publicaciones y los coloquios que organizan cada cierto tiempo. De hecho, este libro se presenta como un primer resultado de dicho proyecto, pero, desde el conocimiento de su actividad investigadora, sospecho que no será el único y que pronto podremos ver nuevos resultados.

El descubrimiento de la Naturaleza que se llevó a cabo, sobre todo, en el siglo XVIII fue especialmente beneficioso para Suiza, habida cuenta de que se trataba de un país ubicado en el centro de Europa, con grandes montañas, numerosos lagos e importantes aguas termales. En un momento en el que, por influencia de los médicos higienistas, se buscaba el clima templado de los lagos y el aire puro de las  montañas, Suiza empezó a valorarse como un posible destino turístico. A este respecto, el papel de los ingleses ya mencionado resultó fundamental. En cierta medida podría decirse que los ingleses fueron los grandes descubridores de Suiza como destino turístico. Ahora bien, a partir de este hecho es preciso construir dicho destino turístico. En esta ocasión se ha optado por un enfoque distinto al empleado en su día por Michel Chadefaud para el caso del suroeste de Francia. Los autores de este volumen optan por el concepto de sistema socio-técnico desarrollado por Thomas Hughes en Historia de las técnicas. Éste consiste en considerar la actividad turística como un sistema socio-técnico complejo, que debe satisfacer las necesidades de la clientela en los apartados de movilidad, alojamiento, embellecimiento de los lugares visitados y diversiones. De manera que para que un sistema turístico funcione de forma óptima hay un conjunto de dimensiones que deben estar perfectamente establecidas por los diferentes actores, a saber: financiación, apoyo político, formación de agentes, representación simbólica, y marketing y evolución tecnológica. Pues bien, de todos estos aspectos, este libro hace especial hincapié en los dos últimos.

Así, tras una excelente introducción de Cédric Humair, quien, en un capítulo altamente recomendable, analiza algunos de los aspectos hasta aquí comentados y trata de fijar los distintos periodos de la evolución turística en Suiza, el libro se estructura en tres grandes bloques. El primero se centra, precisamente, en la representación simbólica y en el marketing, tratando de analizar cómo se fue creando esa imagen de país como destino turístico. Desde luego, al principio no fue fácil, ya que hubo que establecer un difícil equilibrio entre los intereses propiamente turísticos y las resistencias morales de los habitantes, que no siempre vieron con buenos ojos las transformaciones económicas y sociales que el turismo implicaba, tal como se encarga de estudiar Mathieu Narindal. Como suele ser habitual, las resistencias a lo nuevo casi siempre han estado y están ahí, y el turismo en sus orígenes no fue una excepción. Lo que pasa es que, frente a esas renuencias, los poderes públicos pueden llegar a jugar un papel importante en la difusión de las bondades de esta novedad. Así pasó con el turismo, tal como se demuestra en los dos ejemplos presentados en esta obra, el de Francia (la zona fronteriza con Suiza), analizado por Roberto Garavaglia, y el de Suiza, abordado por Raphaëlle Ruppen Coutaz. Son dos ejemplos, quizás un poco tardíos, el francés de los años treinta y el suizo de los treinta, cuarenta y cincuenta, de la importancia que la propaganda desarrollada por entidades y poderes públicos ha jugado y juega en la promoción de un destino turístico. A mi modo de ver, quizás en este caso sí hubiese sido más pertinente el estudio de esta propaganda en décadas anteriores, para finales del siglo XIX o comienzos del XX, cuando Suiza devino en un destino turístico de calidad y renombre internacional. De todos modos, el modelo para otros casos es perfectamente válido.

El segundo bloque o apartado aborda la relación existente entre el turismo y la modernidad técnica. En concreto, lo que podemos denominar el prestigio tecnológico y su influencia en el devenir turístico de un destino. Cómo determinadas innovaciones incidieron tan positivamente en hacer de Suiza un destino de excelencia. Por ejemplo, la introducción de los ascensores hidráulicos en los hoteles, muy bien estudiado por Julie Lapointe Guigoz. Como puede comprenderse, estamos  hablando de una innovación técnica fundamental para los hoteles de lujo de varios pisos. Se trataba de uno más de los elementos de confort de la hostelería, muy apreciado por los clientes de alto nivel adquisitivo. Pero otro tanto se puede decir de la innovación técnica en los transportes, como lo demuestra Stefano Sulmoni al estudiar la Compagnie générale de navigation sur le lac Léman. Un medio de transporte que también servía, desde luego, para realizar excursiones y, por tanto, para satisfacer una de las necesidades antes mencionadas de la clientela turística: las diversiones. Por último, Florian Kissling observa el impacto que tuvo la introducción de los rayos X en las clínicas del cantón de Vaud a finales del siglo XIX y principios del XX, relacionado, evidentemente, con el turismo médico, uno de los que más expansión tuvo en el país incluso antes de la Primera Guerra Mundial. En este sentido, habría que recordar que al doblar el siglo XX los postulados higienistas fueron perdiendo peso en favor de los avances de la medicina. Pues bien, entre ellos cabría citar los rayos X, que en los primeros años de esa centuria se fueron incorporando a determinadas clínicas como seña de modernidad tecnológica, introduciendo considerables cambios en lo que hasta entonces había sido el turismo de salud.

Teniendo en cuenta estos dos aspectos, el tercer y último bloque del libro se centra más en la “success story” antes mencionada, es decir, en el posicionamiento de Suiza como lugar turístico a escala internacional, si bien desde una particularidad muy sugerente para estudios futuros en otras zonas de Europa (el País Vasco, por ejemplo): las relaciones transfronterizas. Así, Françoise Breuillaud-Sottas realiza un análisis de especial interés de las conexiones existentes entre Ginebra y la localidad francesa de Evian, estudiando la influencia de la primera en la construcción del termalismo de esta ciudad a través de aspectos como las redes de inversión o los modelos de organización. Del mismo modo, Marc Gigase examina la contribución del primer tren de cremallera eléctrico de Europa, ubicado en Mont Salève (Alta Saboya, Francia), en las cercanías de Ginebra. Una vez más estaríamos hablando de una innovación técnica explotada como atracción turística. Una nueva forma de facilitar el ascenso y el acceso a la montaña, uno de los principales atractivos turísticos de esta zona de Europa.

En definitiva, y como nos recuerda Laurent Tissot en las conclusiones de esta obra, los destinos turísticos se ven en la necesidad de renovarse, dada la rapidez de la obsolescencia de los productos turísticos. Para tratar de evitar el esquema de Butler, estos destinos no tienen más remedio que reinventarse continuamente, atendiendo a los distintos aspectos mencionados. A este respecto, la construcción de su imagen y las inversiones en innovaciones tecnológicas serían una de las claves para tratar de evitar dicha obsolescencia. Al menos, ésas han sido algunas de las claves para que Suiza se consolidase como destino turístico de excelencia y se siga aún manteniendo como tal. De ahí que, bajo este punto de vista, el libro que aquí presentamos nos puede servir no sólo para el análisis del caso suizo, sino también, por el método comparativo, para estudiar lo sucedido con otros destinos turísticos. Así, desde el punto de vista metodológico, la aplicación del concepto de sistema sociotécnico al turismo, ya aplicado con éxito por Tissot en algunos de sus trabajos, me resulta una aportación muy interesante para poder ser aplicado a la historia del turismo en España. Por lo tanto, estaríamos ante un libromuy atractivo y altamente recomendable.

Carlos Larrinaga, TST, nº 24, juin 2013, pp. 229-232

 Dans la revue Traverse

L'imagerie historique du tourisme en Suisse est aujourd'hui largement relayée par des affiches publicitaires de la fin du 19e siècle représentant tantôt un hôtel, un train ou encore un funiculaire sur fond de paysage aux reliefs généreux. Cette imagerie souligne la réalité éminemment technologique qui sous-tend le développement touristique du pays. Le tourisme suisse et son rayonnement international se concentre sur la genèse de cet imaginaire touristique et sur l'essor de lourdes infrastructures touristiques mises en place pour répondre à la demande de la clientèle étrangère - en premier lieu anglaise - à partir de seconde la moitié du 18e siècle. Cet ouvrage collectif permet de mieux saisir la success story du tourisme suisse, un pan du développement socioéconomique helvétique n'ayant, selon les auteurs, pas encore été considéré à sa juste valeur. Recourant abondamment à la Statistique historique de la Suisse, ces derniers démontrent l'importance économique de ce secteur dans la prospérité du pays, illustrant également son impact en terme d'innovation technologique.

La préface aborde les problèmes de définition touchant l'étude historique des activités touristiques. En particulier la distinction - plus difficile à établir qu'il n'y paraît - entre les différentes formes de mobilité pouvant être assimilées à du tourisme. Les auteurs proposent ici une définition large du tourisme comme "espace de mobilité et de séjour n'ayant pas pour but la réalisation d'objectifs professionnels immédiats", incluant ainsi le tourisme sanitaire, éducatif ou encore les pèlerinages.

Dans son imposante introduction, Cédric Humair analyse avec soin l'ampleur du phénomène touristique et les dynamiques croisées de l'offre et de la demande, des prémices du tourisme - portés surtout par "l'imaginaire romantique" - à la mise en place progressive des infrastructures d'un tourisme de plus grande échelle reposant sur l'hôtellerie et les technologies de la mobilité. L'auteur présente une périodisation éclairante dont les cinq phases permettent de saisir la transition de longue durée entre une mobilité principalement utilitaire et une mobilité répondant à la demande d'un tourisme d'agrément. La première phase débute dans la seconde moitié du 18e siècle et repose sur une offre touristique rudimentaire. Cette période voit le "passage d'une Suisse de transit à une Suisse où l'on séjourne" pour proflter des "merveilles naturelles", au départ de Genève et de Berne. La seconde phase (1820-1875) correspond à la lente démocratisation du voyage et, en réponse à cette évolution, au développement de l'hôtellerie dans trois pôles de développement touristique ayant
en commun la proximité de grands plans d'eaux: la région lémanique, l'Oberland bernois et la Suisse centrale. La troisième phase (1875-1914) consacre l'accès à la montagne, favorisant l'essor du tourisme médical et des sports d'hiver. Sur le plan technique, le percement des tunnels du Gothard et du Simplon et l'accélération de l'innovation dans le secteur du "chemin de fer sur forte pente" installe durablement les trains de montagne à travers tout le pays. La quatrième phase (1914-1955) voit le secteur touristique pâtir du ralentissement généralisé dû aux conflits mondiaux, et la mise en place de stratégies de redressement tournées notamment vers le tourisme indigène. La cinquième phase, enfin, qui dure jusqu'à nos jours, se signale par l'émergence de nouvelles régions touristiques telles que le Valais, les Grisons et le Tessin.

Le corps de l'ouvrage consiste en huit études de cas articulées autour de trois axes: l'exploitation de l'imaginaire touristique, l'innovation technologique et le développement du tourisme helvétique hors de ses frontières. Mathieu Narindal propose une entrée originale sur les débats entourant l'installation d'établissements de jeu sur l'Arc lémanique à la Belle Epoque, opposant certains acteurs économiques et des milieux conservateurs "proches des Eglises et des institutions de formation". Roberto Garavaglia se concentre sur la promotion touristique officielle suisse en France, et notamment sur l'instauration de l'Office national suisse du tourisme en 1917, tandis que Raphaëlle Ruppen Coutaz s'intéresse aux liens entre la radiodiffusion et la promotion du tourisme, menant à la création, en 1952, de la Commission de coordination pour la propagande culturelle.

La seconde partie porte sur les relations croissantes entre innovation technologique et développement touristique. A la suite d'une contribution de Julie Lapointe Guigoz sur l'introduction des ascenseurs hydrauliques dans l'hôtellerie de l'Arc lémanique à partir de 1867, Stefano Sulmoni analyse le cas de la Compagnie générale de navigation sur le lac Léman, dont les bateaux à roues à aubes font aujourd'hui encore partie intégrante du paysage touristique. Florian Kissling aborde quant à lui "l'implantation des rayons X dans le cadre du tourisme médical vaudois (1896-1920)" et, au cæur de ce processus, le rôle moteur des "médecins-entrepreneurs".

La dernière partie se tourne vers l'étranger avec deux cas évoquant l'exportation de compétences et de capitaux helvétiques dans le Chablais et la Savoie limitrophe de Genève. Françoise Breuillaud-Sottas examine la prépondérance des acteurs et des investissements genevois dans la mise en valeur des ressources hydrominérales évianaises, facilitée par "la très grande porosité des frontières entre le canton de Genève et la Savoie du Nord", tandis que Marc Gigase s'intéresse à l'extension à l'étranger (au Salève dans ce cas précis) de la traction sur forte pente, secteur dominé par les produits helvétiques après un processus de transfert de connaissances impliquant les pionniers nord-américains dans le dernier tiers du 19e siècle.

Cet ouvrage propose des pistes captivantes pour saisir le développement du système touristique et, plus généralement, pour l'étude des transferts de compétence et de connaissance qui sous-tendent le développement industriel de la Suisse. Non sans insister sur la variété d'autres paramètres (sociaux, culturels, politiques et symboliques) sur lesquels repose la trajectoire du tourisme helvétique.

Sylvain Wenger, Traverse, 2013-2, pp.167-168

  Dans la Revue historique vaudoise

Depuis une trentaine d’années, l’histoire du tourisme en Suisse est devenue un sujet de recherche académique à part entière après avoir longtemps été considérée comme un pan secondaire, voire anecdotique, de l’histoire nationale contemporaine. Tout d’abord interrogée par les historiens de l’architecture alors que les palaces de la Belle-Epoque jugés désuets étaient en danger de disparition (on peut penser au cas emblématique de Giessbach, sauvé par Franz Weber en 1983), elle est peu à peu devenue l’apanage des spécialistes du voyage, des études culturelles et, plus récemment, de l’économie. La Revue historique vaudoise s’est d’ailleurs fait l’écho de cette évolution de la recherche dans sa parution de 2006, devenue un "classique" dès sa sortie (voir Histoire du tourisme en pays vaudois, RHV, 114, 2006, pp.9-286). Il est vrai que, comme le rappelle à bon escient Laurent Tissot en ouverture de l’ouvrage présenté ici, "le tourisme est une pratique sociale de première importance qui concerne chacun d’entre nous et qui, au tournant du troisième millénaire, nourrissait le secteur économique le plus important à l’échelle mondiale, hormis l’agriculture, avec 10,6% du produit mondial brut et un emploi sur dix" (p.5). Déconstruire les structures et les pratiques financières et techniques mais aussi publicitaires de ce pan essentiel de l’économie s’est révélé un terrain particulièrement fertile, tout particulièrement grâce aux études menées par les deux directeurs de cette publication et leur équipe de recherche dans le cadre d’un projet du Fonds national suisse de la recherche scientifique "Système touristique et culture technique dans l’Arc lémanique: acteurs, réseaux sociaux et synergies (1852-1914)", dont ce recueil d’articles est le premier résultat livré au public.

Les huit contributions des chercheurs, encadrées par celles des directeurs de publication, sont réparties dans trois champs thématiques distincts, traitant tour à tour de l’imaginaire touristique de la Suisse, de l’usage des nouvelles technologies et du développement du tourisme suisse à l’échelle internationale. On le devine, les sujets abordés sont très variés, allant de la promotion radiodiffusée du tourisme suisse à la politique d’investissement des Genevois dans le thermalisme à Evian… En soi, ces études présentent chacune beaucoup d’intérêt et si les liens entre elles ne sont pas toujours évidents, elles ont le mérite soit de renouveler des approches un peu datées et souvent empiriques, soit de lever le voile sur des thématiques restées dans l’ombre – de l’implantation des rayons X à la promotion du tourisme suisse à l’étranger. Fondées sur des données micro-historiques, elles parviennent souvent à éclairer des questionnements plus larges de l’histoire économique et/ou touristique suisse, en se reposant sur une étude approfondie des sources et de la bibliographie à disposition. A nos yeux, ces articles sont toutefois desservis par un titre bien énigmatique. La dynamique d’aller et retour entre la Suisse et l’étranger qu’il semble invoquer (la Suisse comme "place de jeu" du monde) ne correspond guère au contenu, plutôt centré sur l’arc lémanique et ses environs immédiats – la partie internationale se résumant essentiellement à Évian, au Salève et à l’agence CFF à Paris –; elle provoque chez le lecteur une attente qui sera déçue. C’est bien dommage car la qualité des contributions mérite mieux que cette frustration engendrée par un titre trop programmatique. L’image de couverture n’aide d’ailleurs pas à relier ce titre aux articles, skieurs et chemin de fer alpin fonctionnant davantage comme une illustration du mythe déconstruit par les auteurs que comme un emblème du contenu.                                                

S’il semble inutile de résumer ici les différentes contributions au vu de leur diversité, il est peut-être en revanche plus pertinent de mettre en évidence les apports qui intéresseront le plus les lecteurs vaudois. Sans aucun doute, la longue introduction de Cédric Humair, "Le tourisme comme moteur du développement socioéconomique et vecteur du rayonnement international de la Suisse (XIXe-XXe siècles)" (pp.9-54) est la partie qui correspond le mieux au titre de l’ouvrage. Faisant un point à la fois méthodologique et historiographique sur les questions fondamentales du domaine – naissance du tourisme, périodisation, construction du mythe helvétique, importance de la technologie, réseaux et acteurs (où l’on retrouve des Vaudois: Ami Chessex et Alexandre Émery) – elle apporte un point de vue global et unifié sur nombre de ces questions, qui feront de ce texte une lecture obligée. Passant de ce panorama "macro" à des points de vue plus micro-historiques, plusieurs auteurs éclairent des pans tout à fait inédits du développement régional du tourisme et de ses infrastructures. Mathieu Narindal raconte ainsi le destin mitigé des casinos lémaniques, empêchés par la loi fédérale de 1874 de pratiquer les jeux les plus rentables, également jugés "dangereux" par des comités de censure morale qui cherchent à les faire interdire pour le bien de la réputation du pays. Julie Lapointe Guigoz met quant à elle en évidence l’apparition tout à fait précoce de l’ascenseur hydraulique dans les hôtels lémaniques, qui, perçu d’abord comme un objet dangereux – quelques accidents ont alors frappé les mémoires –, devient une sirène technologique de grand intérêt pour les hôteliers qui usent d’ailleurs avec habileté des ressources naturelles locales (cours d’eau) pour son fonctionnement. Stefano Fulmoni continue dans cette voie technologique en analysant comment l’électrification de l’éclairage des bateaux de la Compagnie générale de navigation répondait mieux aux besoins et aux finances que celle du passage au diesel, auquel on renoncera. Enfin, Florian Kissling démontre comment l’introduction des rayons X dans les cliniques et les sanatoriums vaudois joue un rôle publicitaire majeur, à l’instar des ascenseurs pour les hôtels.

Témoignant du renouvellement en cours dans le cadre de la recherche sur le tourisme, ce recueil laisse présager d’autres études de grand intérêt produites dans le cadre du programme de recherche cité. On ne peut que se réjouir des bases solides que ces contributions apportent pour comprendre mieux ce domaine de l’histoire régionale et nationale, et souhaiter que des projets futurs, interdisciplinaires cette fois, étendent encore le champ des réflexions.

Dave Lüthi, Revue historique vaudoise, no. 120/2012, pp.427-428

Dans la revue du Club alpin suisse

Le mot "tourisme" vient du Grand Tour, un voyage que les jeunes aristocrates anglais réalisaient à des fins de formation entre le 16e et le 18e siècle. Actuellement, ce que recouvre ce mot ne fait pas l'unanimité chez les chercheurs. D'aucuns en  excluent les déplacements professionnels, les stages ou les séjours en milieu hospitalier, d'autres se focalisent sur les consommateurs, sur les fournisseurs de prestations, sur les infrastructures ou sur les aspects économiques. Les articles de cet ouvrage montrent le succès du tourisme en Suisse au 19e et au 20e. Une évolution basée sur un marketing efficace, une qualité de l'offre et, dès le début, une mise en valeur de moyens technologiques d'avant-garde destinés à faciliter l'accès à des paysages grandioses, la navigation sur les lacs et les remontées mécaniques.

Ce livre intéressant est divisé en trois grands chapitres: "L'imaginaire touristique de la Suisse" s'attache essentiellement aux diverses formes de la propagande à l'étranger, "Tourisme et modernité technique" décrit trois attraits fondamentaux de l'Arc lémanique et "La Suisse et le développement du tourisme à l'échelle internationale" détaille le rôle de Genève dans le développement du thermalisme de la région d'Evian et dans la construction de la première crémaillère électrique du Salève.

Maurice Zwahlen, Les Alpes, juin 2012

Dans la revue en ligne H-Soz-u-Kult

En un peu plus d’une vingtaine d’années, l’histoire du tourisme a acquis droit de cité dans l’historiographie des évolutions socio-économiques et culturelles des nations industrialisées. La Suisse n’est pas demeurée à l’écart de ce courant grossissant de recherches: un article de Laurent Tissot, publié dans la revue Traverse en 2010, proposait un état des lieux de ce champ d’investigation1. La présente publication ouvre des pistes de recherche nouvelles, négligées jusqu’ici: le tourisme comme vecteur d’innovation et de modernisation des régions visitées en Suisse, restées généralement en marge du processus d’industrialisation.

Les huit contributions de ce volume collectif explorent avec talent et une grande rigueur analytique les dimensions techniques de l’offre touristique au niveau régional–l’Arc lémanique, un des principaux pôles touristiques de la Suisse avec les Alpes–, ainsi que les modes de diffusion d’un imaginaire susceptible d’influencer les touristes. Quant à la dimension internationale, forcément présente dans chacun des articles, l’industrie touristique étant définie ici comme l’"industrie des étrangers" (Fremdenindustrie), elle apparaît plus directement dans l’étude de Françoise Breuillaud-Sottas sur la construction du thermalisme à Evian, sur la rive française du Léman, par des capitaux genevois (1826-1881), et dans celle de Marc Gigase sur l’installation au Mont Salève, près de Genève, de la première crémaillère électrique d’Europe (1890-1914), une tentative–avortée–d’exporter à l’étranger le modèle touristique suisse de la Belle Epoque, à savoir la combinaison entre infrastructures de transport, hôtellerie de luxe et offre de divertissement. Toujours dans une perspective internationale, Laurent Tissot évoque dans ses considérations conclusives sur le "modèle suisse" sa fonction de référence et son appropriation ailleurs dans le monde ; mais il rappelle aussi les influences croisées qui l’ont inspiré, anglo-saxonne (le progrès technique au service du confort des clients) et française (l’imprégnation de la vie de palace par un cérémonial de cour) ou qui ont contribué à le transformer (l’influence américaine).

L’histoire du tourisme se situe toujours à l’intersection d’autres histoires: histoire des transports bien évidemment, histoire des techniques et de l’innovation ou, de manière plus inattendue ici, histoire diplomatique et histoire de la médecine. Chacune des études s’attache à montrer la complexité des paramètres qui configurent le système touristique: paramètres économiques, technologiques, socio-culturels, institutionnels, politiques et symboliques.

Le chapitre "Tourisme et modernité technique" réunit trois études: celle de Julie Lapointe Guigoz sur les ascenseurs (notamment hydrauliques), ces outils de confort, de rentabilité et de prestige qui investissent les grands établissements hôteliers de l’Arc lémanique dès 1867; celle de Stefano Sulmoni sur les synergies entre développement touristique et modernisation technologique de la navigation à vapeur, notamment l’électrification des bateaux sur le lac Léman (1873 et 1914); une troisième enfin, de Florian Kissling, sur les interactions entre une nouvelle technologie, les rayons X, et le développement du tourisme médical vaudois, entre intervenants économiques et médecins-entrepreneurs (1896-1920).

Un autre chapitre, consacré à la création, à la diffusion et à l’instrumentalisation d’un imaginaire touristique, aborde au travers d’une étude de Mathieu Narindal les conflits d’intérêt entre acteurs de l’industrie touristique et adversaires des jeux de hasard qui s’implantent dans casinos et kursaals, une distraction étroitement liée au tourisme (1884-1914); le rôle de la Confédération suisse et de son réseau diplomatique (Roberto Garavaglia), ainsi que de la Société suisse de radiodiffusion (Raphaëlle Ruppen Coutaz) dans la promotion touristique suisse à l’étranger, des années 1930, celles de la crise économique, à l’après-Seconde Guerre mondiale.

Dépassant le cadre spatial et temporel des articles du recueil, l’introduction volumineuse, solidement documentée et très utile de Cédric Humair commence par un tour d’horizon diachronique, historiographique et analytique sur les dynamiques de la demande et les conditions liées à l’offre de voyage dans la naissance du tourisme et sa progressive industrialisation, pour déterminer ensuite les ingrédients de la "success story" d’un modèle spécifiquement suisse. Il propose également une synthèse des recherches menées jusqu’ici–de leurs lacunes et des difficultés méthodologiques inhérentes au sujet–sur le rôle des capitaux suisses dans le développement du tourisme à l’étranger (investissements hôteliers et dans les chemins de fer de montagne), sur le rayonnement international du savoir-faire helvétique, enfin sur l’impact socioéconomique en Suisse des activités liées au tourisme.

Béatrice Veyrassat, H-Soz-u-Kult, publié le 31 mai 2012

1. Laurent Tissot, "D’une Suisse aimée à la Suisse aimante. Tourisme, transport et mobilité dans l’historiographie économique de la Suisse aux 19e et 20e siècles", in Traverse. Zeitschrift für Geschichte (2010/1), pp.156-170.

Copyright (c) 2012 by H-Net, Clio-online, and the author, all rights reserved. This work may be copied and redistributed for non-commercial, educational purposes, if permission is granted by the author and usage right holders. For permission please contact H-SOZ-U-KULT@H-NET.MSU.EDU.

 

Le tourisme comme moteur de progrès

La Suisse est un pays touristique, à l'image d'autres nations. Le tourisme moderne y est toutefois déjà né au XVIIIe siècle, avec l'accueil de riches Anglais entreprenants. Et aux XIXe et XXe siècles, l'Helvétie a également contribué de façon primordiale à l'essor touristique en Europe. C'est ce que met en lumière l'intéressant ouvrage collectif Le tourisme suisse et son rayonnement international, publié sous la direction des historiens Laurent Tissot et Cédric Humair. Le tourisme a par ailleurs influencé le développement de la Suisse. Grâce à la publicité, il a non seulement permis la création et la diffusion d'une image forte du pays, mais il a aussi encouragé le progrès technique. Parmi ces innovations majeures, on peut citer, à la fin du XIXe siècle, la construction de grands hotels, situés loin de tout, mais qui surprenaient leur clientèle avec des nouveautés comme la lumière électrique ou des ascenseurs hydrauliques, ainsi que des trains de montagne et des bateaux à vapeur. Des attractions telles le jet d'eau de Genève installé en 1891, l'introduction de vols en ballons à Lucerne en 1910 ou la mise à disposition d'appareils de radiographie pour les voyageurs soucieux de leur santé avaient aussi des motivations touristiques. Sans le tourisme, l'industrie suisse n'aurait pas connu une croissance aussi rapide aux XIXe et XXe siècles. uha

Urs Hafner, Horizons, no. 92, mars 2012, p.25

Quand la Suisse se vantait

Glorifié pour son air pur, ses innovations ou sa neutralité, le tourisme suisse a su valoriser ses atouts en vue d'un rayonnement international. Entretien avec Cédric Humair, historien.

Cédric Humair, comment la Suisse se distingue-t-elle auprès des touristes anglais?

Après avoir été un lieu de passage dans le Grand Tour des jeunes aristocrates anglais, la Suisse gagne en notoriété notamment grâce au courant romantique. L'avènement d'une classe moyenne anglaise ainsi que les bonnes relation économiques entre les deux pays contribuent à faire de la Suisse une destination prisée, d'autant plus qu'elle est considérée comme bon marché. Elle jouit d'un quasi-monopole touristique pour la saison d'été jusqu'à la fin du 19e siècle.

L'hôtellerie suisse se développe dès 1830 pour rapidement connaître le succès. Comment l'expliquer?

L'architecture, le mobilier et le service gagnent en qualité afin de s'adapter aux exigences de la clientèle étrangère. Puis à la Belle Epoque, le boom hôtelier est intimement lié au luxe et aux innovations techniques. L'éclairage électrique, les ascenseurs hydrauliques sont autant de prouesses qui participent à la renommée internationale de l'hôtellerie suisse.

Ces modernisations vont de pair avec l'amélioration des infrastructures urbaines...

Effectivement. Afin de retenir cette clientèle aisée en Suisse, les villes et les entreprises innovent et vantent leurs exploits technologiques. C'est le cas par exemple de l'éclairage électrique sur les bateaux de la Compagnie générale de navigation sur le lac Léman ou du chemin de fer du Salève qui, en tant que premier train à crémaillère électrique d'Europe, est largement instrumentalisé par les hôteliers genevois.

Quand la Suisse prend-elle conscience de l'importance du tourisme pour son économie?

Le ralentissement du tourisme suisse lors de la Grande Dépression des années 1875 à 1890 amène les acteurs de la branche à vouloir gagner en visibilité et en légitimité auprès de l'opinion publique. Ils créent alors la Société suisse des hôteliers en 1882, puis "hotelrevue" en 1892. Mais paradoxalement c'est essentiellement avec la Première Guerre mondiale et la diminution des touristes étrangers que le tourisme suisse gagne en visibilité. Il devient un élément indispensable à l'équilibre de la balance des paiements. La propagande touristique incite alors les Suisses à créer des emplois en voyageant "suisse".

Comment le tourisme fait-il face à sa première grande crise, en 1914?

La Première Guerre mondiale inaugure un changement de paradigme, avec l'intervention de l'Etat pour soutenir la branche. Il facilite le crédit hôtelier, interdit la création de nouveaux hôtels et encourage la promotion touristique.

Quelles sont les valeurs véhiculées par la promotion et comment évoluent-elles?

A ses débuts, la promotion repose sur les atouts naturels et les exploits techniques. Vers 1900, il devient toutefois difficile de gérer les deux faces de cette image, certains privilégiant une Suisse pure et morale, d'autres une Suisse moderne et distrayante. Avec l'entrée en scène de l'Etat, on assiste à une utilisation des valeurs nationalistes. La promotion touristique est alors mise au service de la propagande culturelle à l'étranger. En soulignant sa neutralité, la Suisse peut se profiler comme le "terrain de jeu" de l'Europe épargné par les tensions internationales.

Quel rôle joue le tourisme dans le rayonnement international de la Suisse?

La Suisse touristique rayonne d'abord en exportant ses acteurs et leur savoir-faire à l'étranger. La circulation d'hôteliers et de guides est suivie dès la Belle Epoque d'énormes investissements dans l'hôtellerie et les chemins de fer étrangers. Il faut dire que le marché suisse de la construction est saturé. Mais la force du tourisme suisse, qui en fait un modèle copié à l'étranger, réside dans un subtil cocktail de qualité, de tradition, de capacité d'adaptation et d'ouverture à l'innovation.

Laetitia Bongard, hotelrevue, no. 5, 2 février 2012

 Sur le site Les agents littéraires

"Tu es un vrai touriste!" L'entrée en matière de ce recueil à vocation scientifique interpelle illico le grand public: au fond, c'est d'un sujet familier qu'il va être question au fil des 220 pages de ce livre. Cette interpellation suggère que le tourisme est une activité anecdotique et superficielle - alors que pour certains acteurs, il n'en est rien. Orchestré par Cédric Humair et Laurent Tissot, cet ouvrage s'attèle à montrer l'émergence d'une image d'Epinal typiquement suisse en matière de tourisme, propre à attirer du monde venu de loin.

C'est qu'au dix-huitième siècle déjà, l'image de la Suisse comme lieu touristique se cristallise. Dans une introduction imposante qui part de la définition du touriste, Cédric Humair dresse un état des lieux. Il démontre une évolution qui voit la Suisse passer du statut de pays de transit à celui de destination touristique. Ce changement de statut est dû à l'évolution de la vision du pays par les étrangers et par l'évolution de leur vision en Suisse - une évolution partiellement impulsée par les artistes. Les étrangers qui viennent en Suisse sont ainsi imprégnés d'une vision romantique du pays: nature indomptée, beauté des lacs et des montagnes, proximité de la nature, etc. Un tel état des lieux permet à l'auteur, même profane, d'acquérir un certain savoir des enjeux du tourisme d'un point de vue historique.

L'ouvrage propose ensuite des études de cas particuliers, époques ou sujets spécifiques - sous des aspects parfois inattendus. Mathieu Narindal se penche par exemple sur la question des établissements de jeu sur l'Arc lémanique: quelle quantité, sous quelles conditions, et quels sont les enjeux éthiques? Sociales, de telles questions sont le reflet de l'affrontement entre deux conceptions de la morale autour du jeu des "petits chevaux". Plus inattendu encore est ce chapitre sur l'irruption des ascenseurs… Un progrès technique qui nous paraît parfaitement anodin mais qui, en un temps où il n'allait pas de soi, a contribué à l'émergence des palaces de la côte lémanique. C'est un exemple, parmi d'autres, de ce que la technologie peut apporter.

C'est que les progrès technologiques sont, selon les auteurs de ce livre, une constante de l'évolution du tourisme en Suisse. De près ou de loin, d'autres cas sont mis en évidence: l'électrification de l'éclairage des bateaux de la CGN, le développement des chemins de fer à crémaillère, le développement du tourisme médical - un domaine présenté sur la base de force sources scientifiques, y compris les noms des médecins, parfois renommés, qui ont fait progresser ce domaine.

Le lecteur découvre ainsi un monde qui sait s'étendre, au fil du temps, et exploser quand l'opportunité est là. Scientifique et historique, la démarche se concentre sur ce qui se passe avant la fin de la Seconde guerre mondiale, et n'aborde pas, si ce n'est par allusions, le phénomène de la démocratisation du tourisme. Dommage! Mais le lecteur est sans aucun doute transporté par les palaces construits sur les rives du Léman - une région que les auteurs privilégient pour leur étude.

Au terme de cette balade nourrie de mille sources scientifiques, le lecteur sera convaincu que le tourisme est formellement une invention suisse, l'imagerie que la Suisse présente à l'étranger étant une vision d'Epinal, diffusée hier comme aujourd'hui (voir la contribution de Raphaëlle Ruppen Coutaz) sans rapport avec la réalité des personnes qui y vivent. Le tourisme n'est-il alors que la vision d'une façade, d'un spot publicitaire d'une minute à peine? A l'aide d'exemples puisés sur la promotion suisse du tourisme sur Internet, Laurent Tissot suggère, dans sa conclusion, quelques pistes et stratégies allant dans ce sens.

Daniel Fattore, Les Agents littéraires, 25 novembre 2011

 

Comment la Suisse a créé "l'industrie des étrangers"

INVENTION L'attrait soudain pour les Alpes à la fin du XVIIIe siècle donne naissance à l'industrie du tourisme en Suisse. L'audace des premiers investisseurs conférera au pays un savoir-faire à la réputation internationale.

L'industrie du tourisme passe à ses débuts pour une activité pas très sérieuse. Au XIXe siècle, en pleine industrialisation, celle qu'on appelait alors "l'industrie des étrangers" ne tenait pas la comparaison avec l'industrie du textile ou le commerce international, par exemple.

Aujourd'hui, plus personne ne conteste l'importance du tourisme, qui represente 10,6% du produit mondial brut et un emploi sur dix dans le monde.

La Suisse, elle, a très vite saisi l'importance de ce nouveau secteur économique. Et su comment l'exploiter. Pour les historiens romands Laurent Tissot et Cédric Humair, les études économiques ont jusqu'ici largement sous-estimé l'inventivité et le dynamisme déployés par le tourisme helvétique naissant. Leur dernier ouvrage "Le tourisme suisse et son rayonnement international" rappelle ainsi que ses premiers acteurs sont à l'origine d'un savoir-faire copié par la suite dans le monde entier. Interview.

Qui sont les premiers touristes qui arpentent la Suisse?

Cédric Humair: Ils sont issus de l'aristocratie. Rappelons que la mobilité et chère et lente, il faut donc de l'argent pour voyager. Parmi eux figurent beaucoup d'Anglais, mais aussi des Français. Ils arrivent en Suisse à la fin du XVIIIe siècle déjà.

Laurent Tissot: Il s'agit surtout d'un tourisme de passage de type "nord-sud". Ces hommes et ces femmes s'arrêtent pour dormir en Suisse mais c'est avant tout l'appel de la Méditerranée qui les pousse vers l'Italie et la Grèce. L'influence du romantisme va toutefois commencer à les rendre sensibles aux paysages et aux montagnes suisses. De plus, le colonialisme de leurs pays rend l'exotisme attrayant. Et les Alpes passent alors pour une région exotique. L'alpinisme, né dans les années 1830, poussera ces étrangers - Anglais, surtout - à planter leur drapeau aux sommets des montagnes suisses, comme autant de nouvelles conquêtes.

Votre ouvrage décrit comment l'arc lémanique s'est rapidement positionné en pionnier des innovations technologiques visant à satisfaire et surprendre des visiteurs toujours plus nombreux. Vous avez des exemples?

Cédric Humair: Le développement des transports est l'un des cas les plus caractéristiques de l'importation de ces nouvelles technologies. En 1823 est lancé à Genève le premier bateau à vapeur de Suisse. Son promoteur est Américain, sa mécanique est anglaise et le bateau est français. Genève sera également la première ville de Suisse, et la seule, à installer des tramways hippomobiles en 1862, puis à vapeur en 1877. La même année, Lausanne inaugure le premier funiculaire du pays, la ligne Lausanne-Ouchy, ancêtre du M2. La région de Vevey-Montreux n'est pas en reste: le premier tramway électrique de Suisse relie les deux villes en 1888. L'installation est alors entièrement bricolée par des ingénieurs suisses qui copient la technologie de l'entreprise allemande Siemens. L'école d'ingénierie de Lausanne participe à ce bouillonnement technologique... En 1892, une entreprise suisse pourra même se vanter d'avoir installé sur le Salève la première crémaillère électrique d'Europe.

Laurent Tissot: Ces exemples montrent que le tourisme n'a donc pas été une activité marginale de l'industrialisation en Europe. Il y a eu dès le départ une synergie entre les deux secteurs.

A partir de quand peut-on parler d'un "modèle suisse" en matière de tourisme, de recettes copiées dans le monde?

Cédric Humair: En 1871, le Mont Rigi près de Lucerne, est la première montagne d'Europe domestiquée touristiquement. On y trouve un train, un complexe hôtelier et des distractions. Le "Rigi" est devenu par la suite une expression pour désigner ce tourisme d'altitude. Les ingénieurs et les hôteliers suisses vont beaucoup se déplacer dès les années 1880 pour transmettre ce savoir-faire et le reproduire ailleurs. On retrouve ainsi des "Rigi" à Vienne, Gênes, Budapest ou Rio... La création de la première école hôtelière du monde à Lausanne en 1895, n'est ainsi pas un hasard. Elle témoigne du rayonnement de ce savoir-faire via les étudiants étrangers inscrits aux cours. Il est aussi significatif que les directeurs d'hôtels situés aux frontières du pays demandent d' adhérer à la Société suisse des hôteliers, qui domine le secteur.

Laurent Tissot: Très vite, les Alpes sont associées à la Suisse. De façon abusive, d'ailleurs. Le modèle touristique helvétique va ainsi "suisséifier" d'autres régions montagneuses, jusqu'au Japon. Les ingénieurs suisses prennent beaucoup de risques et imaginent des projets assez délirants. Il ne semble n'y avoir pas de limites à leur audace.

Avec la concurrence intemationale, diriez-vous que le modèle suisse du tourisme sert encore de référence aujourd'hui, notamment en matière d'innovation?

Laurent Tissot: A force d'être copié, on créé des concurrents... Les grands projets hôteliers viennent de promoteurs étrangers désormais. Les capitaux suisses n'investissent plus vraiment dans ce secteur. Mais cela n'empêche pas l'industrie du tourisme de s'appuyer avec succès sur les mêmes poncifs qu'alors pour se rendre attrayante: neutralité, liberté, démocratie, chalet, fromage, Saint-Bernard... Il suffit d'aller faire un tour sur le site de Suisse Tourisme pour s'en rendre compte.

Cédric Humair: Les innovations rencontrent plus de résistances et de blocages qu'auparavant. Mais le tourisme a une capacité d'adaptation et de diversification importante. Dans la crise de l'Entre-Deux-Guerres, par exemple, ses promoteurs ont mis l'accent sur l'automobile, les sports d'hiver et l'aviation, soutenant la construction de nombreuses routes, remontées mécaniques modernes et aéroports. Aujourd'hui, la Suisse est à la recherche de nouveaux touristes, Chinois et Indiens, par exemple. Les écoles forment déjà du personnel en ce sens.

Sandrine Perroud, Le Matin Dimanche, 20 novembre 2011