Le spectacle de la Révolution

La culture visuelle des commémorations d’Octobre

Gianni Haver, Jean-François Fayet, Valérie Gorin et Emilia Koustova (dir.)


2017, 301 pages, 29 €
36,00 CHF
Réf.: 978-2-88901-135-3
Les pratiques commémoratives soviétiques, dont le traditionnel défilé sur la place Rouge, sont à l'origine d'une immense production d’images. Au-delà des images en tant qu’objets, cet ouvrage collectif et richement illustré en couleur, s’intéresse aux imaginaires souvent allégoriques suscités par cette culture visuelle.

Pendant plus de septante ans (de 1918 à 1990), l’acte fondateur du régime soviétique, “la Grande Révolution Socialiste d’Octobre”, se commémore et se donne à voir sous la forme d’un spectacle grandiose lors du 7 novembre, permettant au pouvoir soviétique de se mettre en scène.

D’abord organisées sous la forme d’une parade militaire et populaire, les commémorations d’Octobre sont à l’origine d’une immense production iconographique.

S’éloignant vite de l’iconoclasme révolutionnaire, les pratiques commémoratives varient les supports, allant des banderoles aux films en passant par les affiches, les photographies, les tableaux, la vaisselle de porcelaine, les cartes postales, les timbres, les médailles, les documentaires filmés, la musique ou encore les monuments.

Parfaitement maîtrisé en URSS, le spectacle de la Révolution s’exporte aussi. Dans les pays “frères”, mais encore dans les démocraties occidentales, l’image commémorative est reçue, réappropriée ou détournée, se pliant aux impératifs politiques et aux nécessités locales.

Dix-sept spécialistes de l’histoire de l’Union Soviétique et de culture visuelle décortiquent dans cet ouvrage illustré les aspects les plus connus, mais aussi ceux dont l’importance a longtemps été ignorée, d’un siècle de commémorations de la Révolution d’Octobre, en URSS comme ailleurs.

Ce livre inaugure une nouvelle collection intitulée "Univers visuels" donnant la part belle aux images, en proposant un choix d’illustrations riche et pertinent, accompagné de textes solides scientifiquement et accessibles. 

Chapitres

  • Introduction: La culture visuelle des fêtes
  • Manifestation, carnaval, défilé stalinien: naissance d'une chorégraphie festive (1918-1941) (Emilia Koustova)
  • Le Maréchal à cheval: mise en scène de la virilité bolchévique (1927-1941) (Magali Delaloye)
  • La mémoire monumentale: la conquête de l'espace urbain par la Révolution (Emilia Koustova)
  • La commémoration postale: timbres, cartes et enveloppes (Jean-François Fayet)
  • La Révolution sur toile: la naissance d’une mémoire picturale (1920-1930) (Cécile Pichon-Bonin)
  • Octobre s’affiche: production graphique occidentale (Romain Ducoulombier)
  • La Révolution recadrée: presse illustrée européenne (Gianni Haver)
  • La Révolution crève l’écran: Octobre dans le cinéma soviétique (Alexandre Sumpf)
  • "Le traditionnel défilé…": Octobre dans les ciné-journaux (Gianni Haver et Valérie Gorin)
  • Du centre à la marge: le documentaire dans les Républiques baltes (1947-1968) (Irinia Tcherneva)
  • Le son de la Révolution: le répertoire classique (Constance Frei)
  • La commémoration cathodique: la retransmission télévisuelle des fêtes aux États-Unis (Valérie Gorin)
  • Conclusion

 

 Focus

  • Célébrations (in)accessibles (Emilia Koustova)
  • Un Mandat pour les fêtes (RDA 1977) (Nicolas Offenstadt)
  • Les pièces de monnaie commémoratives (Jean-François Fayet)
  • Le Champ de Mars et la mémoire de la Révolution à Petrograd (Emilia Koustova)
  • La parade traverse le Rideau de Fer (Valérie Gorin et Gianni Haver)
  • Les timbres indochinois (Philippe Papin)
  • La révolution oblitérée: les tampons-postaux commémoratifs (Jean-François Fayet)
  • Du tableau à la carte postale (Matteo Bertelé)
  • La carte de membre du PCI (Gianni Haver)
  • Illustrierte Geschichte der russischen Revolution 1917 (Jean-François Fayet)
  • La tatchanka (Valérie Gorin et Gianni Haver)
  • Caviar et révolution (Valérie Gorin et Gianni Haver)
  • L’enfant-héros, une lacune de la mythologie révolutionnaire (Svetlana Maslinskaya)
  • Octobre dans les livres pour enfants (Marina Balina)
  • Tenues de fête (Larissa Zakharova)
  • Chocolats révolutionnaires (G. Roberts)

Jean-François Fayet est invité dans Forum, sur RTS1 (12.10.17). Ecouter l'émission

Gianni Haver est invité par Nicole Duparc dans Versus-penser, sur RTS2 (5.10.2017). Ecouter l'émission

Emilia Koustova est invitée dans l'émission Qui vive?, sur Europe 1 (1.10.2017). Ecouter l'émission

 

Les célébrations d’Octobre, miroir de la société soviétique

[...] Un ouvrage collectif est consacré aux évolutions des festivités du 7 novembre au cours de l’histoire de l’URSS.

Expliquer comment la société soviétique a célébré sa révolution au cours des différentes périodes du XXe siècle, tel est l’objet de l’ouvrage collectif d’historiens sous l’égide de l’université de Fribourg (Suisse), coordonné par Gianni Haver, Jean-François Fayet, Valérie Gorin et Emilia Koustova. Le Spectacle de la révolution traite donc de toute l’histoire de l’URSS, par le prisme du rapport des citoyens soviétiques avec cet acte fondateur.
Les premières célébrations, modestes et spontanées, empruntant au genre carnavalesque céderont la place à la solennité sous Staline. À partir de 1927, les célébrations sur la place Rouge donneront lieu davantage à une théâtralisation du rôle de l’armée, avec des troupes parfaitement alignées saluées par le maréchal Vorochilov, à cheval. Après guerre, les festivités perdent progressivement de leur dimension combattante.
L’anniversaire d’Octobre 17 ne renouera avec la mobilisation civique qu’à l’époque de Gorbatchev. Le 70e anniversaire, en 1987, est placé sous le signe de la perestroïka. Les célébrations d’Octobre sont des événements médiatiques abondamment photographiés, filmés puis, plus tard, diffusés par la télévision. On édite des cartes postales, de vœux, des timbres, des objets de porcelaine et autres produits estampillés Octobre 17. Les expositions anniversaires constituent des moments clés de la vie artistique, sur les plans à la fois matériel, idéologique et esthétique. Le paysage urbain qui se métamorphose et le culte des martyrs de la révolution contribuèrent à transformer la place Rouge en centre symbolique de la capitale et, très vite, de la Russie soviétique. Un chapitre est consacré aux affiches éditées par le PCF. Une large place est consacrée au cinéma, qui incarne la modernité, Alexandre Sumpf se concentre sur les mêmes œuvres de grands réalisateurs. Il présente un panorama du cinéma soviétique au fil des anniversaires et des évolutions politiques. Il est aussi question de création musicale, qui accompagne les festivités. Dès 1917, sur commande du gouvernement ou de leur plein gré, des compositeurs soviétiques, tels Roslavets, Miaskovski, Mossolov, Chostakovitch, Prokofiev – pour n’en citer que quelques-uns – élaborent de nombreux monuments musicaux destinés à être exécutés lors de concerts publics.

Jean-Paul Piérot, L'humanité. 26 octobre 2017